Raphal Henry Gdon BEAZLEY ou un tranche de vie jacmlienne

Peter Frisch

Le 24 dcembre 1898, au point du jour, un aviso de guerre de la Rpublique Dominicaine faisait son apparition dans la rade de Jacmel.[1] Si certains s?inquitaient peut-tre de cette prsence, la ville, cependant restait came. Le navire ne venait, en effet, avec aucune intention belliqueuse.

Il transportait son bord le prsident dominicain Ulysses Heureaux, qui venait Jacmel porter sur les fonts baptismaux Elinar MADSEN, le fils du tout nouveau consul dominicain, Carl Frederick MADSEN, et de Wilhelmina BEAZLEY. Madame veuve Henry BEAZLEY, grand-mre maternelle de l?enfant, en tait la marraine. [2]

Comme il tait de coutume que le compre, l?occasion d?un baptme, offrt la commre un cadeau, madame BEAZLEY reut du prsident Heureaux un luxueux pendentif en or de 24 carats. Ce bijou de style rococo, avec des motifs floraux et un petit papillon d?or fix l?ensemble par un ressort, avait l?allure d?un mors cheval. Des annes plus tard, cet ornement fut malicieusement baptis babouquette par Paulette DESCHAMPS, pouse de Wilhelm FRISCH, un petit-fils de madame BEAZLEY, qui en avait hrit. [3] l?occasion de ce baptme, le chef d?tat dominicain offrit aussi un beau bracelet madame MADSEN et des pices d?or plusieurs membres de la famille. En retour, madame Henry BEAZLEY donna en l?honneur d?Ulysses Heureaux et de son nouveau filleul une belle rception, laquelle furent convies toutes les autorits civiles, militaires et religieuses de Jacmel. [4]

Mais qui taient donc monsieur et madame Henry BEAZLEY? Qui tait cette famille, qui, en cette fin d?anne 1898, fut l?objet de tant de marques d?attention de la part du Prsident de la Rpublique Dominicaine?

Henry BEAZLEY est n le 21 dcembre 1829 Willemstad, capitale de la colonie hollandaise de Curaao. Il tait le fils de William BEAZLEY, Anglais originaire de Liverpool, et de Marie Willemina CRAANE, dite Shon Mimie. [5] Le pre d?Henry tait capitaine de navire dans la marine marchande anglaise. Son commerce le conduisait souvent Curaao, o il avait fait la connaissance de Willemina. [6] Cette dernire vit le jour dans la petite le des Antilles nerlandaises le 2 novembre 1808 et tait la fille du marchand hollandais Nathanael CRAANE et de la dame Jacoba de WINDT. [7] Le capitaine BEAZLEY pousa la jeune demoiselle en 1828, mais peu de temps aprs la naissance de son fils, il prit dans le naufrage de son navire au large de Cap Hatteras, en Caroline du Nord (tats-Unis). [8]

En ce dbut du XIXe sicle, Curaao traversait une priode difficile. Les autorits hollandaises avaient pratiquement laiss la petite le dans un tat d?abandon. Le commerce tait quasiment dtruit et les plantations se trouvaient en ruine. Un grand nombre de Curaaolais allaient chercher un mieux-tre dans les les voisines. Ce fut pour cela que certains membres de la famille CRAANE migrrent vers Saint-Thomas et Hati. Madame veuve BEAZLEY avait de la famille Santo Domingo, dans l?le d?Hati. l?poque, toute l?le se trouvait sous l?autorit du prsident Jean-Pierre Boyer, depuis que ce dernier avait annex la partie de l?Est en 1822.[9] En 1830, Willemina dcida de s?y rendre avec le petit Henry, plus rien ne la retenant Curaao. S?tant installe Santo Domingo, elle y pousa Jean Joseph Mdard POMMAYRAC, dit Lamy, ngociant n Santo Domingo en 1815. [10] Henry BEAZLEY gagna du mme coup un beau-pre. Par cette seconde union, Willemina donna Henry trois s?urs et trois frres utrins:

- Herminie POMMAYRAC, n en 1837

- Alcibiade POMMAYRAC, le futur grand pote et barde jacmlien,

n Santo Domingo le 23 novembre 1843,

- Aristide POMMAYRAC, jumeau du prcdent et dcd l?ge de

17 ans,

- Emile POMMAYRAC, n Jacmel, le 28 fvrier 1847

- Clie POMMAYRAC, ne en 1850, qui pousera Alexandre Clan,

- Emelie POMMAYRAC, ne Jacmel le 21 mars 1853, qui deviendra madame Adrien SCHIESS.

La famille menait bonne vie Santo Domingo quand clata, en 1843, la rvolution qui devait renverser le prsident Jean-Pierre Boyer. Profitant du dsordre politique qui s?ensuivit, les habitants de l?Est se soulevrent et proclamrent le 27 fvrier 1844 la scission de la partie hispanique de l?le laquelle ils donnrent le nom de Rpublique Dominicaine. [11] Les Dominicains avaient bien des raisons de plus vouloir faire partie d?Hati. Durant vingt-deux ans, les Hatiens s?taient comports en conqurants et n?avaient fait que tirer profit de cette province, sans y apporter le moindre dveloppement. Cette crise politique devait bouleverser la vie de la famille POMMAYRAC, car l?indpendance de la Rpublique Dominicaine une fois assure, les partisans d?Hati n?avaient plus leur place dans ce pays. En effet, quelques semaines aprs la proclamation de l?indpendance, le gouvernement dominicain ordonna par dcret la mise sous squestre de tous les biens des Hatiens se trouvant en territoire dominicain. La loi du 2 juillet 1845 intgra tous ces biens au domaine de l?tat. [12] Monsieur POMMAYRAC tait l?poque des vnements, fonctionnaire dans l?Administration hatienne, et ses biens furent frapps par le squestre. Se sentant indsirable, il choisit de quitter Santo Domingo avec sa famille pour s?tablir en territoire hatien. La ville hatienne d?importance la plus proche tait Jacmel, sur la cte sud. Les POMMAYRAC s?y installrent, rsolument dcids y refaire leur vie. La famille prit logement dans le quartier du Bel-Air, sur la place du march, dans une maison loue de madame Josphine Verneret. [13]

Henry BEAZLEY tait g de 14 ans quand il arriva Jacmel. En ce temps-l, c?tait une ville fort prospre, dont l?conomie tait axe sur le commerce du caf. Cette denre tait cultive dans toute la campagne environnante. Durant ce deuxime quart du XIXe sicle, le caf constituait 80 % des exportations d?Hati, et 25% de tout le caf export passait par le port de Jacmel. [14]

Jacmel tait la porte ouverte vers la France, l?Angleterre, l?Allemagne et l?Italie, pays avec lesquels s?effectuait l?essentiel du commerce extrieur. Tout le courrier venant d?Europe ou partant en destination de l?Europe passait par Jacmel, seul port hatien que touchaient les paquebots vapeur de la British Royal Mail. Ce fut pour cette raison que dbarqua Jacmel, en mai 1853, Mgr.Spacapietra, dlgu par le pape Pie IX pour valuer les possibilits de ngocier un concordat avec le gouvernement hatien. cette occasion, les Jacmliens offrirent au reprsentant du Souverain Pontife un accueil des plus grandioses.

Hannibal Price raconte l?entre triomphale, qu?il fit dans la ville en ces termes: J?tais encore enfant, mais je n?oublierai jamais cette commotion qui vida littralement toutes les maisons de la ville. Hommes, femmes, vieillards, enfants, tous en habits de fte couraient se prosterner sur le passage du Monseigneur et s?efforaient de baiser ses sandales ou le bas des ses habits sacerdotaux. Du port l?glise, et de l?glise au palais prpar pour le recevoir, l?vque marcha littralement sur un tapis de fleurs. Cet vnement, exceptionnel pour les habitants de la ville, resta longtemps grav dans la mmoire d?Henry BEAZLEY et de ses jeunes frres et s?urs, qui en avaient t tmoins. [15]

Henry BEAZLEY, ayant t initi dans l?art du commerce par son beau-pre, devint un important ngociant en import-export de Jacmel. Il exportait du caf et importait d?Europe toutes sortes de produits manufacturs dont la population avait besoin. Henry BEAZLEY se faisait une place au soleil. Il lui fallait prsent fonder une famille. Le 13 juillet 1859, alors g de 29 ans, il pousa Jacmel une demoiselle de 19 ans, du nom d?Apolline ERNEST.[16] Cette dernire tait galement d?une famille d?migrs de Santo Domingo. Elle y tait ne le 9 fvrier 1840, juste quatre ans avant les vnements qui provoqurent la scission de la partie de l?Est.[17] Cela avait d?ailleurs divis la famille ERNEST, certains de ces membres choisissant de rester en Rpublique Dominicaine, d?autres prfrant aller vivre du ct hatien. Ce fut ainsi que les parents d?Apolline, Joseph ERNEST et Claire COPPENS, vinrent s?tablir Jacmel en 1844 la mme poque que les POMMAYRAC. Les ERNEST, famille de couleur originaire de la Guadeloupe et de la Martinique, s?taient installs Santo Domingo vers 1825, l?poque de Boyer. Joseph ERNEST gagnait sa vie comme petit commerant dtaillant. [18]

l?poque du mariage d?Henry BEAZLEY et d?Apolline ERNEST, la Constitution en vigueur stipulait que toute femme hatienne qui pousait un tranger perdait automatiquement sa nationalit au profit de celle de son mari. Henry BEAZLEY tant hollandais, Apolline devenait donc hollandaise selon les lois hatiennes. Cette situation tait plutt fcheuse pour Henry BEAZLEY. Il tait bon que sa femme ft hatienne, car cela lui donnerait de grands avantages auxquels il n?avait pas accs comme ressortissant tranger, tel le droit la proprit. Henry entreprit aussitt des dmarches afin que son pouse pt recouvrer sa nationalit d?origine. Le 8 mars 1861, il obtint satisfaction, le prsident Fabre Geffrard ayant, par dcret rendu la nationalit hatienne madame BEAZLEY.[19] Henry pouvait, ds lors, donner libre cours ses activits commerciales et possder des biens immobiliers par le truchement de sa femme.

Du temps de GEFFRARD, Jacmel connut un vritable essor conomique, qui la plaa au rang des premires cits de la Rpublique. La ville tait resplendissante en cette re de prosprit. Les Jacmliens taient extrmement fiers de leur personne et se considraient au-dessus du reste du pays.[20] Henry sut tirer tous les avantages de cette poque d?abondance. Il avait, entre autres, une belle demeure la Grand-Rue, dans le quartier des affaires.[21] Alors qu?il travaillait au bien-tre de son foyer, Apolline lui donnait des enfants: Julie, ne le 6 septembre 1860 et qui mourut l?ge de 2 ans; Aristide, venu au monde le 3 juin 1862, et Claire, ne le 8 mai 1864.[22]

L?anne 1867 vit le renversement du prsident Geffrard et l?accession du gnral Sylvain Salnave la prsidence de la Rpublique d?Hati. Salnave tait un chef d?tat populiste, et sa politique ne plt gure l?lite hatienne. Les commerants et propritaires terriens en particuliers sentirent leurs intrts gravement menacs. Il s?ensuivit l?une des plus sanglantes guerres civiles qu?Hati n?ait jamais connues. Jacmel la prospre se rangea dans le camp des insurgs et, en 1868, se souleva contre la dictature de Salnave. En rponse cette rvolte, le Prsident souleva contre Jacmel les agriculteurs de Marbial, La Valle et la plaine de Lafond. Des bandes de Piquets, paysans arms de piques et de machettes, sous les ordres d?Hollopherne Lafond, descendirent en avalanche jusqu?aux portes de la ville, assoiffes de carnage et de pillage. La population de la cit fut terrifie l?ide des crimes qui pouvaient tre perptrs contre elle. Salnave dpcha des troupes pour tablir le sige de la ville. Alors qu?il perdait sur tous les fronts dans le reste du pays, il renfora son tau sur Jacmel. Cette ville qui symbolisait la bourgeoisie prospre. Salnave voulait la mettre genoux.

Les Jacmliens souffrirent terriblement de ce sige et plusieurs d?entre eux choisirent l?exil pour chapper aux tourments.[23] Henry BEAZLEY opta galement pour cette solution et se mit couvert avec sa famille Kingston (Jamaque), en attendant que passt l?orage. Ce fut durant cet exil que naquit le 27 octobre 1869 sa fille Wilhelmina,[24] qui devait plus tard pouser le grand ngociant danois Carl Frederick MADSEN. [25] Salnave vaincu par les opposants, son rgime, la paix rtablie, les BEAZLEY retournrent Jacmel en 1870.[26] Avec le renouveau conomique, Henry reprit ses activits commerciales. C?tait un homme infatigable et patient dans la qute du succs. Dans un pays comme Hati, continuellement boulevers par des crises politiques et des convulsions rvolutionnaires, les qualits d?Henry taient ncessaires pour assurer sa survie.[27] Ce fut durant ce nouvel intermde de paix que lui naquirent trois autres filles: Aline, ne le 3 septembre 1871; Germaine, ne le 13 juillet 1873, et Anna, qui vit le jour le 23 septembre 1876.[28]

Avec l?avnement de Lysius Salomon la prsidence en 1879, Hati entrait nouveau dans une re de luttes fratricides. cette poque, les grands courants politiques se dfinissaient autour des programmes du Parti Libral et du Parti National.[29] L?lite jacmlienne se rclamait du Parti Libral, alors qu?avec Salomon, c?tait le Parti National qui tenait les rnes du pouvoir. Malgr toutes les campagnes de charme de Salomon vis--vis de Jacmel, les Jacmliens gardaient une grande mfiance l?gard du Prsident.[30] Henry BEAZLEY qui avait une forte sympathie pour les ides du Parti Libral (le pouvoir aux plus capables), partageait l?attitude des Jacmliens.[31]

En 1882, il y eut Jacmel une pidmie de petite vrole. Le 8 mars, Aristide BEAZLEY, le seul fils d?Henry, fut emport par la maladie, l?ge de 19 ans. Henry en fut profondment abattu et ne s?en consola jamais.[32] Sur le marbre de la tombe de son fils chri, il fit graver les vers suivants:

Comme la fleur qui ne fit qu?une aurore

Comme l?oiseau qui se pose un instant

Il est parti, presque un enfant encore

Laissant en pleurs nous tous qui l?aimions tant.

Henry BEAZLEY dans son grand chagrin, alla jusqu? rendre le gouvernement de Salomon responsable de la perte de son fils, cause du manque de services la population.[33] Un an plus tard, le 27 mars 1883, Boyer BAZELAIS, chef du Parti Libral en exil la Jamaque, dbarqua avec ses partisans Miragone et lana son appel la rvolte. Le 23 juillet 1883, Jacmel se souleva contre le gouvernement. Henry BEAZLEY donna son plein appui au mouvement. Salomon ragit avec clrit et ordonna le blocus du port ainsi que le sige de la ville. Commena ds lors, pour les habitants de la cit un long calvaire.[34] Henry, qui, cette fois ne pouvait fuir et se mettre l?abri du conflit eut subir avec sa famille toutes sortes de privations et de tourments. Dans le cadre de ce sige, Mrisier Jeannis, adjoint au bureau de l?arrondissement de Jacmel et fidle partisan de Salomon, attaqua la ville avec l?aide d?une bande de paysans d?une rare furie, semant le carnage dans le camp des insurgs. Mrisier Jeannis ne russit pas se rendre matre de la cit, du fait de la rsistance hroque de ses dfenseurs. Toutefois, aprs le retrait des assaillants, le spectacle qui s?offrit fut des plus horribles voir. Ce ne fut partout que cadavres, amas d?entrailles, ttes parpilles et poitrines dfonces. Toute la socit de Jacmel en fut pris d?horreur. Nombreuses furent les familles qui avaient perdu un des leurs dans les combats.[35] Les Jacmliens restrent longtemps marqus par ce tragique pisode, d?autant plus qu?aprs la victoire de Salomon, ce dernier nomma Mrisier Jeannis commandant de l?arrondissement de Jacmel, en guise de remerciement pour ses loyaux services.

la suite de ces vnements, Henry BEAZLEY se rendit compte quel point sa situation et ses affaires taient fragiles dans un pays aussi instable. Il lui fallait trouver une forme de scurit pour sa famille et son commerce. Il se trouva que depuis 1882, la Rpublique Dominicaine avait pour prsident Ulysses Heureaux. Ce dernier tait un cousin de madame Henry BEAZLEY.[36] Usant de ce lien de parent, Henry entreprit des dmarches, par l?entremise de sa femme, pour obtenir le poste de consul rsident de la Rpublique Dominicaine Jacmel. En 1889, il obtint satisfaction.[37] Grce cette fonction diplomatique, Henry se sentit l?abri des tumultes rvolutionnaires. Ce sentiment s?avra trs juste, car son poste de consul lui fit fort utile et protgea tant son commerce que sa famille, lors des nombreuses crises politiques qui secourent le pays durant les dernires annes du XIXe sicle.

Un pisode de la vie de Jacmel en ce temps-l est caractristique. Rocher ALEXANDRE, recherch par le commandant Mrisier Jeannis, prit refuge auprs d?Henry BEAZLEY, lui demandant l?asile politique. La demeure consulaire d?Henry BEAZLEY bnficiait de l?immunit diplomatique et monsieur ALEXANDRE pouvait donc s?y sentir en sret. Mais Mrisier Jeannis n?eut cure des conventions et, n?y allant pas par quatre chemins, investit avec ses soldats la demeure du consul de la Rpublique Dominicaine, s?empara du rfugi, le trana dans la rue et le fusilla sur-le-champ, malgr les vives protestations d?Henry BEAZLEY.[38] Suite cette affaire, les gouvernements dominicain et hollandais rclamrent l?tat hatien des dommages et intrts. Henry BEAZLEY reut du gouvernement 10,000 gourdes de ddommagement, une trs importante somme pour l?poque.[39]

En cette fin du XIXe sicle, Jacmel jouissait d?une situation matrielle privilgie. Elle fut la premire ville d?Hati, bnficier de l?nergie lectrique. La nuit de Nol 1895, les Jacmliens purent pour la premire fois vivre, l?exprience de l?clairage lectrique. De splendides rverbres, comme seules les plus belles avenues de Paris en possdaient l?poque, avaient t placs dans les principales rues de la ville. Un nombre important de belles demeures en fer ouvrag, pareilles celles de la Nouvelle-Orlans, ajoutaient aux attraits de Jacmel. Le 9 dcembre 1895,[40] venait se joindre aux charmants difices le march en fer, ?uvre du demi-frre d?Henry BEAZLEY, le pote et homme politique Alcibiade POMMAYRAC. Au dbut de l?anne 1896, la ville fut galement dote de son premier rseau tlphonique, avec plus de 300 abonns. l?poque, Jacmel tait toujours la seule ville d?Hati desservie par un transatlantique, faisant la traverse en 14 jours. Un grand nombre de voyageurs dsirant se rendre en Europe devaient aller Jacmel afin d?embarquer sur un des luxueux navires vapeur de la British Royal Mail. L?intense activit commerciale, qui passait par Jacmel avait rendu l?ancien local de la douane et le vieux wharf en bois insuffisants. De nouvelles halles pour la douane et un wharf en fer avaient t livrs au trafic en 1895. Edmond Lauture rapporte dans ses souvenirs que

la ville tait btie ne laisser aucun emplacement vide,

les magasins nombreux taient bonds de marchandises,

permettre le choix le plus vari et le plus difficile. Les rues

bruyantes le jour, la nuit, taient remplies par une nombreuse

population affaire allant allgrement ses affaires, ses plaisirs.

Les ftes du carnaval approchant, on s?y prparait comme chaque

anne avec encore plus d?entrain?Les tailleurs taillaient, les charpentiers

charpentaient, tous ceux qui avaient un mtier l?exploitaient avec profit,

l?ouvrage ne manquant pas. [41]

Les Jacmliens taient trs orgueilleux de leur statut privilgi, fort envi des habitants des autres villes du pays. Ils menaient une vie agrable, confortable et heureuse. Edmond Lauture raconte encore que des ftes de toutes sortes, littraires, thtrales, musicales, des bals, un orchestre tzigane, une troupe d?opra, des artistes franais, les cirques les plus fameux se succdaient, gayant une population aise, grise?[42] Henry BEAZLEY, de par son rang, jouissait de tous les privilges offerts aux habitants de la cit. Il tait membre des clubs mondains, o il aimait se rendre afin de discuter affaires et politique, sans oublier les interminables parties de cartes et de billard. Les mariages de ses filles Wilhelmina avec Carl Frederick MADSEN, le 14 dcembre 1892,[43] et Claire avec Max WATTY, en avril 1894,[44] furent autant d?occasions pour Henry BEAZLEY d?offrir toute la haute socit jacmlienne de belles rjouissances. Toutefois, il devait aussi pleurer la perte de Claire, dcde New York d?une crise de calculs, moins de trois mois aprs son mariage.

En juillet et aot, durant les vacances d?t, la famille se retirait dans la maison de campagne des Orangers.[45] Les vacances se passaient en baignades dans les rivires et en excursions dans des lieux idylliques comme Bassin Bleu. Les dimanches les amis venaient passer la journe ou c?tait les BEAZLEY qui se rendaient en visite chez des amis. Le repas se prenait au grand air, sous un arbre. Sur la grande table reposant sur des trteaux se ctoyaient bons vins et toute une varit de mets, aussi apptissants les uns que les autres. Henry BEAZLEY pouvait contempler sa russite professionnelle avec satisfaction. Il tait heureux de vivre ces bons moments dans l?une des plus agrables villes de la Rpublique.

Ce mode de vie, Henry BEAZLEY devait le perdre brutalement et de faon dramatique. Le 9 septembre 1896, vers dix heures du matin, le feu clata dans la maison de Tibulle MAXIMILIEN, sise au Bel-Air. Alain Turnier raconte que le feu,

sous l?action d?une forte brise marine, se propagea rapidement dans tout ce quartier la fois commercial et rsidentiel, o les maisons se pressaient les unes contre les autres. Les flammes ne tardrent pas s?attaquer aux portes et aux fentres en bois de l?glise paroissiale. Elles s?engouffrrent avec furie sous l?immense vote, dtruisant le mobilier, les autels, les tours qui lchrent leurs cloches sur les dalles dans un carillon infernal. Aprs cette ?uvre impie, elles s?chapprent dans une tempte d?tincelles qui, en peu de temps, rpandirent l?incendie travers toute la ville? Tard dans l?aprs-midi, la ville tait une torche gigantesque, mariant ses sinistres lueurs rouges l?embrasement du couchant. travers les rues jonches de dbris rougeoyants, la galopade folle, ponctue de ruades et de hennissements sauvages, des chevaux chapps des curies en flammes, ajoutait au flau une note d?apocalypse. Vers les neuf heures du soir, l?incendie, las, enfin rassasi, cessa, ayant pargn plus ou moins la rue du commerce au bord de mer? La ville n?tait plus qu?un monceau de cendres. Mille deux cents maisons dtruites, selon un rapport de la Lgation Amricaine Port-au-Prince. [46]

Jacmel tait frappe mort! 46b Une population en tat de choc errait parmi les dcombres.

Chacun cherchait sur l?emplacement de sa maison quelque objet personnel, qui aurait miraculeusement survcu au sinistre. Tout le monde, homme comme femme, se lamentait et pleurait devant l?ampleur du dsastre. Prs de cent ans d?effort assidu, accompli par quatre gnrations de Jacmliens, anantis en quelques heures. Certains, ne pouvant faire face cette douloureuse ralit, taient pris de folie. Henry BEAZLEY et sa famille, tmoins de cet incendie furent victimes du plus grand des dsastres de l?histoire de la ville de Jacmel. Leur maison ayant t dtruite par le flau.[47] Les BEAZLEY, ayant perdu tous leurs effets, furent du nombre des cinq mille sinistrs.[48] Les dames BEAZLEY, l?instar de nombreuses autres Jacmliennes de l?poque, tirrent cependant un avantage personnel de cette calamit. L?tat civil de la ville ayant disparu dans l?incendie, elles en profitrent pour se rajeunir de 5 8 ans quand il fallut se faire tablir un nouvel acte de naissance ! [49] Henry BEAZLEY et sa famille prirent refuge chez les MADSEN, dont la maison la rue du Commerce comptait parmi les trs rares avoir survcu. Comme le logement ne pouvait accommoder pendant un long temps tout ce monde, les BEAZLEY se retirrent dans leur maison de campagne aux Orangers.[50]

Le gouvernement de Tirsias Simon Sam accorda aux Jacmliens un crdit de vingt mille gourdes et exonra des droits d?importation les matriaux de construction, ce, afin de faciliter le relvement de la cit.[51] Mais cette aide tait bien drisoire face aux normes pertes values dix millions de dollars. Henry BEAZLEY, homme assez fortun, assist par son gendre Carl Frederick MADSEN, ne tarda pas reconstruire sa maison, qui fut acheve ds l?t 1897. [52] Cette coquette demeure de style gingerbread, sise la Grand-Rue sur l?emplacement de son ancienne maison fut parmi les toutes premires tre bties aprs l?incendie.[53] Toutefois, Henry BEAZLEY ne put jouir bien longtemps de son nouveau logis. Quelques mois aprs en avoir pris possession, il rendait l?me, le 6 dcembre 1897, quinze jours avant de fter ses 68 ans.[54] Pourtant la vie devait continuer. Un an plus tard, c?tait la belle fte de baptme d?Einar MADSEN que madame veuve BEAZLEY offrait en cette mme demeure. Elle devait survivre son mari vingt-cinq ans. Avec sa fille Anna, elle tint au rez-de-chausse de sa maison un commerce. Elle y vendait vaisselle, verrerie, argenterie et toute une varit d?articles mnagers de premier choix, qui faisaient le bonheur des Jacmliennes. [55]

RFRENCES

[1]. Avec Mrisier Jeannis, Alain Turnier, Imprimerie Le Natal, 1982, Port-au-Prince, Hati.

[2] . Interview accorde l?auteur par Wilhelm Frisch, petit-fils d?Henry Beazley, Laboule, juillet 1981 et janvier 1985.

[3] . Ibid..

[4] . Documents de famille, communication aimable du Dr Carl-Frdric Madsen.

[5] . tat civil de Santo Domingo 1831-1843, Archivo General, Santo Domingo, Rpublique Dominicaine.

[6] . Opus cit. no. 2.

[7] . Registres paroissiaux de l?glise luthrienne et de l?glise rforme de Hollande 1770-1808, Curaao, Antilles Nerlandaises.

[8] . Opus cit. no. 2.

[9] . Histoire d?Hati, J.C. Dorsainvil, ditions Henri Deschamps, 1994, Port-au-Prince, Hati.

[10] . Familias Dominicanas, Tome 6, Carlos Larrazabal Blanco, p.243.

[11] . Opus cit. no. 9.

[12] . La Parent hatienne de Trujillo, Dr Julio Genaro Campillo Perez, Revue de la Socit Hatienne d?histoire et de Gographie, No 205, octobre-dcembre 2000, p.50.

[13] . tat civil de Jacmel de 1847-1897, Archives Nationales, Port-au-Prince, Hati.

[14] . Opus cit. no. 1.

[15] . Jacmel- Sa Contribution l?histoire d?Hati, Jean-lie Gilles, ditions des Antilles, 1994, Port-au-Prince, pp. 130, 602, 603.

[16] . Opus cit. no. 13.

[17] . Familias Dominicanas, Tome 3, Carlos Larrazabal Blanco, p.108.

[18] . Opus cit. no. 5.

[19] . Opus cit. no. 4.

[20] . Opus cit. no. 15.

[21] . Opus cit. no.2.

[22] . Opus cit. no.13.

[23] . Opus cit. no.9.

[24] . Registres paroissiaux de l?glise catholique Holy Trinity de Kingston 1869, Archives de l?Archevch de Kingston, Jamaque.

[25]. Opus cit. no.13.

[26] . Opus cit. no.4.

[27] . Opus cit. no. 2.

[28] . Ibid..

[29] . Opus cit. no. 9.

[30] . Opus cit. no. 1.

[31] . Opus cit. no. 2.

[32] . Ibid..

[33] . Ibid..

[34] . Opus cit. no. 9.

[35], Opus cit. no. 1.

[36] . Opus cit. no. 2.

[37] . Gaceta Oficial 1891-1894, Santo Domingo, communication aimable du Dr Julio Genaro Campillo Perez.

[38]. Opus cit. no. 2.

[39] . Opus cit. no. 4.

[40] . Opus cit. no. 1.

[41]. Opus cit. no. 15.

[42] . Ibid..

[43]. Opus cit. no. 13.

[44] . Opus cit. no. 4.

[45] . . Opus cit. no.2.

[46] . Opus cit. no.1.

46b .Peter Frisch prcise que le corps de pompiers dirig par Benjamin FRAENCKER (un Danois), poux une nice de Henry BEAZLEY, fille de son demi frre Alcibiade POMMAYRAC, s?est battu de toutes ses forces.

[47] . Opus cit. no.15.

[48] . Opus cit. no.2.

[49] . Opus cit. no. 4.

[50] . Opus cit. no.2.

[51] . Opus cit. no.1.

[52] . Opus cit. no. 4.

[53] . Cette maison, qui existe encore de nos jours, en trs bon tat de conservation, fut vendue en 1963 par Wilhelm Frisch monsieur Rigaud Cadet, dont la famille en est toujours propritaire.

[54] . Opus cit. no. 13.

[55] . Opus cit. no.2.

Gnalogie Joseph ERNEST

Joseph ERNEST (o Guadeloupe ca. 1797 + Jacmel, Hati 1867/1887) commer-ant dtaillant, fils lgitime de Jacques Nron ERNEST et de Julie CHAVITEAU.

x Santo Domingo, Rpublique Dominicaine 22/10/1834 (civil) et 26/11/1834 (reli-gieux, cathdrale)

Claire COPPENS, dite Clara (o Saint-Pierre, Martinique ca. 1805 + Jacmel, Hati 1867/1887) fille naturelle de Bernard COPPENS et de Robertine DIANT.

dont 7 enfants.

1. Jean Franois ERNEST (o Santo Domingo 19/06/1826 d. 26/10/1826 et 10/

09/1829 b. cathdrale 20/11/1826 + Jacmel 1856/) commerant.

* Milia CARIES (o Jacmel 1833) dont 1 enfant.

1.1. Cyprien Adolphe ERNEST (o Jacmel 16/02/1856 d. 07/04/1856) tailleur.

x Jacmel 26/08/1890 Marie Lorvanna Vixsamine NELSON (o Port-au-

Prince 1853) marchande en dtaille, fille naturelle de Vixsama NELSON

et de Meyette POUJETTE. dont 1 enfant.

1.1.1. Marie Antoinette Carmlia ERNEST (o Jacmel 12/05/1891 d. 20/

06/1891).

2. Elizabeth Abeline ERNEST (o Santo Domingo 27/09/1827 d. 14/03/1828 et

10/09/1829 b. cathdrale 19/03/1828 + Santo Domingo 18/08/1844).

3. Julie ERNEST (o Santo Domingo 23/11/1829 d 15/02/1831 + Santo Domingo

07/01/1906).

x1) Santo Domingo 25/11/1848 Jos Ramn BONETTI GARO (o Santo Do-

mingo 22/09/1824 b. cathdrale 08/10/1824 + Santo Domingo /1862) fils l-

gitime de Juan Nepomuceno BONETTI et de Maria de la Angustia GARO.

dont 2 enfants.

x2) Santo Domingo 04/01/1862 Jos Maria BONETTI GARO (o Santo Domin-

go 14/02/1831 b. cathdrale 06/03/1831) fils lgitime de Juan Nepomuceno

BONETTI et de Maria de la Angustia GARO. dont 6 enfants.

3.1.a. Jos Maria Ramn BONETTI (o Santo Domingo 17/01/1849 b. 24/02/

1849).

x Santo Domingo 21/04/1888 Clara Herminia NADAL (o Santo Domin-

go / /1868) fille lgitime de Ramn NADAL et de Luisa POLANCO.

dont 2 enfants.

Il eut de son union naturelle avec Ne? 1 enfant.

3.2.a. Clara BONETTI (o Santo Domingo 28/01/1851 b. 11/08/1851).

x Santo Domingo 07/05/1879 Juan Nepomuceno Emiliano TEJEDA

PENSON (o Santo Domingo 21/09/1841) fils lgitime de Juan Nepomu-

ceno TEJEDA et d?Ana Maria PENSON. dont postrit.

3.3.b. Ins Amelia BONETTI (o Santo Domingo 21/10/1855 b. 09/01/1856).

sans alliance.

3.4.b. Enrique BONETTI (o Santo Domingo 06/08/1857 b. 24/11/1857 + Santo

Domingo / /1902).

*1) Mercedes ACOSTA dont postrit.

x2) Santo Domingo 11/03/1900 Matilde POU (o Santo Domingo / /

) fille lgitime de Juan Jose POU et de Maria del Rosario Jovita

RICART. sans postrit.

3.5.b. Jos Maria BONETTI, dit Chiro (o Santo Domingo 15/10/1859 b. 12/11/

1859).

x1) Santo Domingo 13/10/1892 Julia BLONDA (o Santo Domingo / /

) fille lgitime de Marcos BLONDA et de Mariana ESCOTE.

dont 7 enfants.

*2) Mercedes FIGUEROA (o Santo Domingo 19/02/1852 b. 20/03/1852)

fille lgitime de Jos Antonio FIGUEROA et de Luisa GARO.

dont 5 enfants.

*3) Juana Emilia MARTINEZ (o Santo Domingo 24/03/1852 b. 02/06/

1852) fille naturelle de Cecilia MARTINEZ. dont 2 enfants.

*4) Dolores BURGOS, fille de Maria BURGOS dont 7 enfants.

3.6.b. Julia Conception BONETTI (o Santo Domingo 08/12/1861 b. 29/03/

1862).

x Santo Domingo 02/08/1884 Federico ACOSTA BAEZ (o Santo Do-

mingo / /1852) fils lgitime de Juan Alejandro ACOSTA et d?Alta-

gracia BAEZ. dont postrit.

3.7.b. Maria Luisa BONETTI (o Santo Domingo / /1867).

x Santo Domingo 08/07/1905 Juan Ramon Fabio FIALLO (o Santo Do-

mingo 03/02/1866 b. 05/06/1866) fils lgitime de Juan Ramon FIALLO

et d?Ana Maria CABRAL dite Anita. dont postrit.

3.8.b. Ana Graciela BONETTI (o Santo Domingo / /1872) sans alliance.

4. Charles ERNEST (o Santo Domingo 08/01/1833 d. 26/08/1833 b. cathdrale

27/08/1833 + Santo Domingo 30/08/1840).

5. Henri Philippe ERNEST, dit Frjuste (o Santo Domingo 22/05/1835 d. 25/05/

1835 b. cathdrale 12/06/1835 + Jacmel / / ).

* Loetitia DELANGE (+ Jacmel 1919/) dont 1 enfant.

5.1. Franois Vespasien ERNEST (o Jacmel /06/1855 + Jacmel 1919/)

x Jacmel 20/08/1919 Marie Catherine Dilara LADOUCEUR (o La Monta-

gne, commune de Jacmel /06/1873) fille naturelle de Beaubrun LADOU-

CEUR et de Carida ANTOINE. dont 7 enfants.

5.1.1. Ossara ERNEST (o La Montagne, Jacmel / /1896 d. 30/05/

1896).

5.1.2. Jean Ludovic Pierre Antoine Ramns ERNEST (o La Montagne,

Jacmel 21/04/1898 d. 22/05/1899).

5.1.3. Bajeux ERNEST (o La Montagne, Jacmel 30/08/1900 d. 04/04/

1903).

5.1.4. Gaspard ERNEST (o La Montagne, Jacmel 28/02/1908 d. 26/12/

1908).

5.1.5. Erse ERNEST (o La Montagne, Jacmel 27/12/1912 d. 20/08/

1919).

5.1.6. Apoline ERNEST (o La Montagne, Jacmel 12/05/1915 d. 26/11/

1915).

5.1.7. Balthazar ERNEST (o La Montagne, Jacmel 21/08/1918 d. 20/08/

1919).

6. Anne Louise Ernestine ERNEST (o Santo Domingo 07/01/1838 d. 01/02/1838

b. cathdrale 03/03/1838 + Jacmel, Hati 02/08/1916). sans alliance.

7. Apolline ERNEST (o Santo Domingo 09/02/1840 d. 09/03/1840 b. cathdrale

23/12/1840 + Jacmel, Hati 25/06/1923) commerante.

x Jacmel 13/07/1859 Raphal Henry Gedeon BEAZLEY (o Willemstad,

Curaao, Antilles Nerlandaises 21/12/1829 d. Santo Domingo 31/07/1831 +

Jacmel 06/12/1897) ngociant, fils lgitime de William BEASLEY et de Marie

Willemina CRAANE. dont 7 enfants.

7.1. Marie Louise Josphine Julie BEAZLEY (o Jacmel 06/09/1860 d. 18/12/

1860 + Jacmel 02/01/1863).

7.2. Raphal Henry Aristide BEAZLEY (o Jacmel 03/06/1862 d. 08/10/1862

+ Jacmel 08/03/1882). sans alliance.

7.3. Marie Louise Josphine Claire BEAZLEY (o Jacmel 08/05/1864 d. 15/06/

1864 + New York, USA 06/07/1894).

x Jacmel /04/1894 Max WATTY (o Allemagne /02/1861) commer-

ant. sans postrit.

7.4. Marie Robertine Wilhelmina BEAZLEY, dite Mina (o Kingston, Jamaque

27/10/1869 b. Kingston (glise catholique) 09/12/1869 d. Jacmel 10/08/

1870 + Port-au-Prince, Hati 24/05/1959).

x Jacmel 14/12/1892 Carl Frederick MADSEN (o Noestved, Danemark

05/04/1871 b. 29/05/1871 + Hambourg, Allemagne 29/04/1933) ngo-

ciant, fils lgitime de Jorgen Andreas Frederick MADSEN et de Marie

Elisabeth Rosette FRAENCKEL. dont 9 enfants.

7.4.1. Paul Erick MADSEN (o Jacmel 21/11/1893 + Port-au-Prince 21/12/

1956) commerant.

x Port-au-Prince 11/07/1925 Hilda Gladys STARK (o Port-au-Prin-

ce 26/06/1903 + Copenhague, Danemark 16/08/1951) fille lgitime

de Robert STARK et de Wilhelmine AHRENDS. dont 2 enfants.

7.4.2. Karl Eric MADSEN (o Jacmel 29/12/1894 + Port-au-Prince 06/11/

1976) commerant.

x Port-au-Prince 29/04/1924 Marie Anne Olga GENTIL (o Port-au-

Prince 28/05/1904 + Port-au-Prince 19/01/1987) fille lgitime de

Louis Alexis Charles GENTIL et de Marcelle Marie Joseph Louisa

FRANGEUL. dont 4 enfants.

7.4.3. Lon Otto Harald MADSEN (o Jacmel 13/11/1896 d. 02/12/1896 +

Paris, France / / ).

x Paris / / Odette GIROND (o France ) dont 1 enfant.

7.4.4. Einar Ulises MADSEN (o Jacmel 02/08/1898 d. 14/12/1898 b. 24/

12/1898 + Copenhague, Danemark / /1979).

x Copenhague, Danemark / /1927 Esther N? (o Danemark)

dont 1 enfant.

7.4.5. Rolf Ivar Waldemar MADSEN (o Jacmel 28/05/1900 d. 28/07/1900

+ Port-au-Prince 30/05/1963).

x Paris, France / / Anna Ursule Clina Marie GENTIL (o

Port-au-Prince 21/10/1899 + Port-au-Prince 08/02/1985) fille lgi-

time de Louis Alexis Charles GENTIL et de Marcelle Marie Joseph

Louisa FRANGEUL. sans postrit.

7.4.6. Joseph Wilhelm Otto MADSEN (o Jacmel 25/05/1905 d. 19/07/

1905 + Port-au-Prince 27/11/1977).

x Port-au-Prince 17/12/1932 Jeanne Marie Thrse HIRSCH, dite

Tata (o Port-au-Prince 12/12/1912 + Carey, Caroline du Nord,

USA / /1994) fille lgitime de Willilcard Georges Walter

HIRSCH et de Marie Jeanne Thrse BARTHE. dont 2 enfants.

7.4.7. Dania MADSEN, dite Danny (o Jacmel 19/07/1906 + Buenos Aires,

Argentine 17/12/1946). sans alliance.

7.4.8. Carl Frdrick MADSEN, dit Fred (o Jacmel 02/11/1909 d. 04/01/

1910 + Port-au-Prince 24/04/1988).

x Port-au-Prince 11/06/1937 Germaine LEMKE, dite Soeurette (o

Port-au-Prince 25/05/1914 + Port-au-Prince 17/10/2000) fille lgiti-

me d?Ernst LEMKE et de Laure BARTHE. dont 3 enfants.

7.4.9. Wilhelmina Elisabeth Gerda MADSEN (o Curaao, Antilles Ner-

landaises 27/07/1911 + Port-au-Prince 15/12/2000).

x Port-au-Prince 27/05/1933 Hendrick Wilhelm Carel VERWAAY (o

Harmstede, Pays-Bas 03/06/1901 + Port-au-Prince 01/01/1990) fils

lgitime de Gradus Nicolas Joseph VERWAAY et de Gerreitje de

JONG. dont 2 enfants.

7.5. Marguerite Aline BEAZLEY (o Jacmel 03/09/1871 d. 21/06/1921 + Ham-

bourg, Allemagne / /1922). sans alliance.

7.6. Marie Anna Henriette Germaine BEAZLEY (o Jacmel 13/07/1873 + La-

boule, commune de Ption-ville 30/05/1966).

x Jacmel 09/01/1913 Carl Rudolf Adolf FRISCH (o Lbeck, Allemagne

09/03/1885 + Lbeck, Allemagne 03/04/1945) comptable, ngociant, fils

lgitime de Carl Adolph Theodore Ludwig FRISCH et de Henriette

Auguste Juliane ROSE. dont 1 enfant.

7.6.1. Wilhelm Frank Joseph FRISCH (o Jacmel 29/03/1915 d. 06/04/

1915 + Laboule, commune de Ption-ville 11/05/1989) comptable,

gestionnaire, commerant.

x Port-au-Prince 08/01/1949 Clmence Marie Thrse Paulette

DESCHAMPS (o Cap-Hatien 26/06/1926 d. consulat de France

07/07/1926 + Laboule, commune de Ption-ville 03/05/1977) fille

lgitime de Henri Edouard DESCHAMPS et de Jeanne Marie

Lucienne BOUTIN. dont 6 enfants.

7.7. Mathilde Anna BEAZLEY (o Jacmel 23/09/1876 d. 21/06/1921 + Port-

au-Prince, Hati 23/06/1967) commerante. sans alliance.

Ralis par Peter J. Frisch.

Gnalogie CRAANE

1. Jacob CRANE (o Oostkapelle, Pays-Bas 14.02.1734 + Curaao, Antilles ner-

landaises 1783/) fils lgitime de Jacob CRANE et de Matie MALLANDT.

x Curaao 15.02.1765 Anna ELLIS (o Curaao /1745 + Curaao 1783/) fille de

Jan ELLIS et d?Elisabeth LINDESAY. dont 7 enfants.

1.1. Jacob CRANE (o Curaao ca. 1768)

1.2. Anna Maria CRANE (o Curaao .07.1769 b. 22.08.1769).

1.3. Nathanael Ellis CRANE (o Curaao .11.1770 b. 09.12.1770) qui suit.

1.4. Martha CRANE (o Curaao .09.1774 b. 12.10.1774).

1.5. Johan Hendrick CRANE (o Curaao .11.1776 b. 01.12.1776).

1.6. Jannetje Elisabeth CRANE (o Curaao .11.1778 b. 16.12.1778).

1.7. Jan Hendrik CRANE (o Curaao 21.12.1783 b. 28.12.1783).

1.2. Nathanael Ellis CRANE (o Curaao .11.1770 b. 09.12.1770 + Jacmel,

Hati 13.10.1848) ngociant.

x Curaao 11.10.1793 Jacoba Hedewe de WINDT (o Curaao 1771/1772 +

Curaao 24.10.1826) fille lgitime de Jacob Hendrick de WINDT et d?Anna

Maria de PALM. dont 9 enfants.

1.2.1. Jacob Hendrik CRAAN (o Curaao .08.1794 b. 09.09.1794) mort

jeune.

1.2.2. Jacob Hendrik CRANE (o Curaao 30.07.1796 b. 08.08.1796).

1.2.3. Jan Hendrik CRAAN (o Curaao 21.01.1798 b. 08.02.1798).

1.2.4. Nathanael Ellis CRAAN (o Curaao .05.1800 b. 30.05.1800)

x Caroline BRINETI dont 2 enfants.

1.2.4.1. Marie Adlade CRAAN, dite Adle (o Saint-Thomas, Iles

Vierges 22.07.1832).

1.2.4.2. Lopold CRAAN (o Saint-Thomas, Iles Vierges 26.01.1838 b.

26.08.1838).

1.2.5. Anna Elizabeth CRAANE (o Curaao .08.1803 b. 31.08.1803).

1.2.6. Jacob CRAAN (o Curaao .03.1806 b. 10.04.1806).

1.2.7. Marie Willemina CRAANE (o Curaao 02.11.1808 b. 06.12.1808) qui

suit.

1.2.8. Anna Petronella CRANE (o Curaao .11.1813 b. 02.12.1813).

1.2.9. Alexander Marten CRAANE (o Curaao 25.10.1816 b. 08.01.1817).

1.2.7. Marie Willemina CRAANE (o Curaao 02.11.1808 b. 06.12.1808 + Jacmel,

Hati 1866/1876).

x 1) Curaao 1828/1829 William BEASLEY (o Liverpool, Angleterre 14.03.

1800 b. glise St. Nicholas 13.04.1800 + en mer, Cap Hateras, Caroline du

Nord, USA ca. 1832) capitaine de navire, fils lgitime de William BEASLEY

et de Sarah RUTHERFORD. dont 1 enfant.

x2) Santo Domingo,Rpublique Dominicaine ca.1836 Jean Joseph Mdard

POMMAYRAC, dit Lamy, dit Pommayrac jeune (o Santo Domingo 01.03.

1815 b. 18.09.1815 + Jacmel, Hati 1894/1896) commerant, fils lgitime

de Jacques Franois POMMAYRAC et de Louise Scolastique GIROUD

PETITON. dont 6 enfants.

1.2.7.1.a. Raphael Henry Gedeon BEAZLEY (o Willemstad, Curaao 21.12

1829 d. Santo Domingo 31.07.1831 + Jacmel 06.12.1897) ngo-

ciant, consul de la Rpublique Dominicaine Jacmel.

x Jacmel 13.07.1859 Apolline ERNEST (o Santo Domingo 09.02

1840 d. 09.03.1840 + Jacmel 25.06.1923)fille lgitime de Joseph

ERNEST et de Claire Clara COPPENS. dont 7 enfants.

1.2.7.2.b. Herminie POMMAYRAC (o Santo Domingo 1837 + Jacmel 04.07

1927) rentire. sans alliance.

1.2.7.3.b. Jacques Franois POMMAYRAC, dit Aristide (o Santo Domingo

23.11.1843 d. 07.03.1844 b. cathdrale 07.03.1844 + Jacmel 01.

07.1861).

1.2.7.4.b. Joseph Clment POMMAYRAC, dit Alcibiade (o Santo Domingo

23.11.1843 d. 07.03.1844 b. cathdrale 07.03.1844 + Port-au-

Prince 03.12.1908) homme de lettre, pote, instituteur, entrepre-

neur, homme politique.

*1) Amlia SYLVAIN dont 1 enfant.

*2) Suzanne BIROULET dont 1 enfant.

*3) Marie Rose Vertulie SANNON (o Cap-Rouge, Jacmel 1866)

dont 1 enfant.

1.2.7.5.b. Emile POMMAYRAC (o Jacmel 28.02.1847) mort jeune.

1.2.7.6.b. Marie Clie POMMAYRAC (o Jacmel . .1850 + France 1904/)

x Jacmel 03.10.1876 Alexandre CLAN (o Pultawa, Ukraine,

Russie 1845) docteur en mdecine, chirurgien militaire, fils de

Zacarie CLAN et de Verra ARANKOFF. dont 2 enfants.

1.2.7.7.b. Marie Mathilde Jeanne Emilie POMMAYRAC (o Jacmel 21.03.

1853 d. 05.07.1853 + France 1904/).

x Jacmel 1873 Adrien SCHIESS (o Herisau, canton d?Appen-

zell, Suisse . . + France 1904/) dont 4 enfants.

* * *

Ralis par Peter Frisch.

Gnalogie POMMAYRAC

1. Jacques Franois (Santiago Francisco) POMMAYRAC (o Givet, Ardennes,

France . . ) docteur en mdecine, professeur en mdecine, fils de

Franois POMMAYRAC et de Marie Agns VIERSET.

x Mayaguz, Porto-Rico 31.08.1807

Louise Scholastique (Luisa Escolastica) GIROUD PETITON (o Fort-Dauphin,

Saint-Domingue . . + Santo Domingo, Rpublique Dominicaine 08.

06.1858) fille de Mdard GIROUD et de Magdelaine PETITON.

dont au moins 3 enfants.

1.1. Pierre Paul Emmanuel POMMAYRAC (o Mayaguz, Porto-Rico 25.04.

1807 + Paris, France 10.07.1880) artiste peintre, portraitiste, miniaturis-

te, auteur de portraits de la reine Isabelle d?Espagne, l?empereur de

France Napolon III, l?impratrice Eugnie, la princesse Mathilde et le

prince imperial. sans alliance.

1.2. Marie Agns (Maria Yns) POMMAYRAC, dite Mimi (o Saint-Thomas, Iles Vierges 06.11.1812 b. glise catholique 30.11.1812)

x Santo Domingo, Rpublique Dominicaine 01.07.1837 Valentin

Ramn DELGADO (o Santo Domingo . . ) fils lgitime de

Angel Rosendo DELGADO et de Maria Josefa SANCHEZ.

1.3. Mdard Joseph (Medardo Jos) POMMAYRAC, dit Jean (Juan), dit

Lamy, dit Pommayrac jeune (o Santo Domingo 01.03.1815 b. 18.09.

1815 + Jacmel, Hati 1894/1896) ngociant.

x Santo Domingo . .1836 Marie Willemina CRAANE (o Curaao,

Antilles Nerlandaises 02.11.1808 b. glise luthrienne 06.12.1808

+ Jacmel, Hati 1866/1876) veuve William BEASLEY, fille lgitime de Nathanael Ellis CRAANE et de Jacoba Hedewe de WINDT.

dont 6 enfants.

1.3.1. Herminie POMMAYRAC (o Santo Domingo . .1837 + Jac-

mel, Hati 04.07.1927) sans alliance.

1.3.2. Jacques Franois (Francisco) POMMAYRAC, dit Aristide (o

Santo Domingo 23.11.1843 d. 07.03.1844 b. cathdrale 07.03.

1844 + Jacmel 01.07.1861).

1.3.3. Joseph Clment (Clemente) POMMAYRAC, dit Alcibiade (o

Santo Domingo 23.11.1843 d. 07.03.1844 b. cathdrale 07.03.

1844 + Port-au-Prince, Hati 03.12.1908) qui suit en 1.

1.3.4. Emile POMMAYRAC (o Jacmel 28.02.1847 d. . .1847)

1.3.5. Marie Clie POMMAYRAC (o Jacmel . .1850 + France 1904/)

qui suit en 2.

1.3.6. Marie Mathilde Jeanne Emilie POMMAYRAC (o Jacmel 21.03.

1853 d. 05.07.1853 + France 1904/) qui suit en 3.

* * *

1

1.3.3. Joseph Clment (Clemente) POMMAYRAC, dit Alcibiade (o Santo Domin-

go 23.11.1843 d. 07.03.1844 b. 07.03.1844 + Port-au-Prince, Hati 03.12.

1908) instituteur, pote, entrepreneur des travaux publics,homme politique

*1) Amlie SYLVAIN dont 1 enfant.

*2) Suzanne BIROULET dont 1 enfant.

*3) Marie Rose Vertulie SANNON (o Cap Rouge, Jacmel 1866)

dont 1 enfant.

1.3.3.1.a. Marie Louise Alice Euchariste POMMAYRAC (o Jacmel . .

1863 + Port-au-Prince 28.01.1948).

x Jacmel ca. 1883 Michel Oreste LAFONTANT, dit Michel

ORESTE (o Jacmel 08.04.1859 d. 05.11.1859 + New York,

USA 28.10.1918) avocat, snateur, prsident de la Rpublique,

fils naturel de Job LAFONTANT et de Ne? sans postrit.

1.3.3.2.b. Marie Suzanne Cline POMMAYRAC (o Jacmel .09.1867 +

Port-au-Prince 09.05.1925)

x1)Jacmel 03.11.1886 Joseph Benjamin FRAENCKEL (o Noest-

ved, Danemark . .1863 + Port-au-Prince 28.11.1927) ngo-

ciant, fils lgitime de Joseph Benjamin Simon FRAENCKEL et

de Caroline WAGNER.

)( Port-au-Prince, section Nord 16.01.1908 dont 2 enfants.

x2) Port-au-Prince 15.04.1909 Louis Joseph Lon d?Ennery

DJOIE (o Port-au-Prince . .1862 + Port-au-Prince 06.11.

1934) fils lgitime de Joseph Sbastien Marie Thrze Victoire

d?Ennery DJOIE et d?Anne Elisabeth Vronique Catherine

ORIOL. sans postrit.

1.3.3.2.b.1.a. Henriette FRAENCKEL (o Jacmel ca. 1888 + Jac-

mel .01.1899)

1.3.3.2.b.2.a. Wilhelmina Caroline Maria FRAENCKEL (o Jac-

mel 15.12.1891 d. 23.12.1891 + Port-au-Prince

22.06.1964) htelire.

x Port-au-Prince 24.03.1913 Constant Hugo Jo-

seph Daniel VITAL (o Jacmel 12.12.1886 d. 07.04.

1887) commerant, fils lgitime de Jean-Baptiste

VITAL et de Jessica MORAVIA. sans postrit.

1.3.3.3.c. Louis Massillon Colbert CAMILLE (o Jacmel 12.03.1887 d. 28.

06.1887 + Jacmel aprs 1953) orfvre.

x Jacmel . . Marie Sainte Prcina LOHIER (o Jacmel

.03.1885 + avant 1953) fille de

dont 5 enfants.

1.3.3.3.c.1. Lamy CAMILLE (o Jacmel ca. 1910).

1.3.3.3.c.2. Joseph Alphonse Michel Andr Roussan CAMILLE

(o Jacmel 27.08.1912 d. 11.09.1912 + Port-au-

Prince 07.12.1961) homme de lettres, journaliste.

x1) Port-au-Prince, section Est 25.01.1941 Simone

Marguerite Marie Anne VAILLANT (o Port-au-Prin-

ce 09.05.1916 + Port-au-Prince 14.11.1943) institu-

trice, fille lgitime de Bernard Edmond Serge

VAILLANT et de Marie Anne Marguerite VIEUX.

sans postrit.

x2) Port-au-Prince, section Est 14.08.1947 Anne

Isemela Laurette SANCHEZ (o Port-au-Prince 23.

10.1909) fille lgitime de Louis SANCHEZ et de Syl-

via DUFOUR. sans postrit.

x3) Port-au-Prince, section Est 12.11.1953 Angle

Victorine Laura TROUILLOT (o Port-au-Prince 04.

10.1924) fille lgitime de Justin TROUILLOT et

d?Olga DALENCOUR. dont 2 enfants.

1.3.3.3.c.3. Lamarre CAMILLE (o Jacmel 16.08.1913) secrtai-

re gnral au dpartement des Travaux Publics.

x Port-au-Prince, section Est 18.07.1964 Anne-Ma-

rie Olga GASTON (o Port-au-Prince 26.04.1924)

fille lgitime de Mrion GASTON et de Carmen

MORIN.

1.3.3.3.c.4. Louis Abraham Wermond CAMILLE (o Jacmel 16.

03.1915 d. 16.03.1915).

1.3.3.3.c.5. Michel Cme Emilie CAMILLE (o Jacmel .09.1917

+ Jacmel 26.05.1919).

* * *

2

1.3.5. Marie Clie POMMAYRAC (o Jacmel . .1850 + France 1904/)

x Jacmel 03.10.1876 Alexandre CLAN (o Pultawa, Ukraine, Russie 1845

+ France /1904) docteur en mdecine, chirurgien militaire, fils de Zacarie

CLAN et de Verra ARANKOFF. dont 2 enfants.

1.3.5.1. Wilhelmina Marie Alexandra Olga CLAN (o Jacmel .07.1877)

x Jacmel 08.10.1904 son cousin Jean Marie Thodore Fritz

SCHIESS (o Jacmel .07.1874 + Port-au-Prince 05.10.1911) fils

Lgitime d?Adrien SCHIESS et de Marie Mathilde Jeanne Emilie

POMMAYRAC.

1.3.5.2. Alexandre Andr CLAN (o Jrmie, Hati 16.04.1881).

* * *

3

1.3.6. Marie Mathilde Jeanne Emilie POMMAYRAC (o Jacmel 21.03.1853 d. 05.

07.1853 + France . .1904/)

x Jacmel 1873 Adrien SCHIESS (o Herisau, canton d?Appenzell, Suisse

. . + 1904/) fils de

dont 4 enfants.

1.3.6.1. Jean Marie Thodore Fritz SCHIESS (o Jacmel .07.1874 + Port-

au-Prince 05.10.1911)

x Jacmel 08.10.1904 sa cousine Wilhelmina Marie Alexandra Olga

CLAN (o Jacmel .07.1877) fille lgitime d?Alexandre CLAN et de

Marie Clie POMMAYRAC.

1.3.6.2. Adrien SCHIESS

1.3.6.3. Karl SCHIESS

1.3.6.4. Emile SCHIESS

* * *

Ralis par Peter J. Frisch